Sieben Magnificat Antiphonen

I. O Weisheit

O Weisheit,
hervorgegangen aus dem Munde des Höchsten,
die Welt umspannst du von einem Ende zu andern,
in Kraft und Milde ordnest du alles :
O komm und offenbare uns den Weg
der Weisheit und der Einsicht,
O Weisheit.
Ô sagesse
surgie de la bouche du Très-Haut,
Tu embrasses le monde d'un bout à l'autre
Tu juges tout en puissance et douceur
Ô viens et révèle-nous le chemin
de la sagesse et de la perspicacité,
Ô sagesse.

II. O Adonai

O Adonai,
der Herr und Führer des Hauses Israel,
im flammender Dornbusch bist du dem Moses erschienen,
und hast ihm auf dem Berg das Gesetz gegeben.
O komm und befreie uns mit deinem straken Arm.
Ô Adonai,
Seigneur et guide de la maison d'Israel,
Dans le buisson ardent tu es apparu à Moïse
Et, sur la montagne, tu lui a donné la loi.
Ô viens et délivre nous de ton bras puissant.

III. O Sproß aus Isais Wurzel

O Sproß aus Isais Wurzel,
gesetzt zum Zeichen für die Völker,
vor dir verstummen die Herrscher der Erde,
dich flehen an die Völker :
o komm und errette uns, erhebe dich,
säume nicht länger.
Ô rejet de la racine d'Isai
Désigné pour les peuples,
Devant toi se taisent les souverains de la terre,
Les peuples t’implorent :
Ô viens et relève toi,
Ne tarde pas.

IV. O Schlüssel Davids

O Schlüssel Davids,
Zepter des Hauses Israel,
du öffnest, und niemand kann schließen,
du schließt, und keine Macht vermag zu öffnen :
o komm
und öffne den Kerker der Finsternis
und die Fessel des Todes.
Ô clé de David,
Sceptre de la maison d'Israël,
Tu ouvres et personne ne peut fermer,
Tu fermes et aucune puissance ne peut ouvrir,
Ô viens
et ouvre le cachot des ténèbres
et les liens de la mort.

V. O Morgenstern

O Morgenstern,
Glanz des unversehrten Lichtes :
Der Gerechtigkeit strahlende Sonne :
o komm und erleuchte,
die da sitzen in Finsternis,
und im Schatten des Todes.
Ô étoile du matin,
Éclat de l'intacte lumière,
Soleil radieux de la justice :
Ô viens et éclaire
  Ceux qui demeurent dans les ténèbres
et l'ombre de la mort.

VI. O König aller Völker

O König aller Völker,
ihre Erwartung und Sehnsucht,
Schlußstein, der den Bau zusammenhält,
o komm und errette den Menschen,
den du aus Erde gebildet !
Ô roi de tous les peuples,
Leur attente et leur désir,
Clé de voûte, qui maintient l’édifice,
Ô viens et sauve l’homme,
Que tu as modelé dans la terre !

VII. O Immanuel

O Immanuel, unser König und Lehrer,
du Hoffnung und Heiland der Völker :
o komm, eile und schaffe uns Hilfe,
du unser Herr und unser Gott.
Ô Emmanuel, notre roi et maître,
Toi espoir et Sauveur des nations,
Ô viens, dépêche-toi et aide-nous,
Toi, notre Seigneur et notre dieu.

Quelques explications

Aimablement communiquées par François Darot.

Adonaï

Mon/Mes Seigneur(s) (mot hébreu au pluriel mais grammaticalement au singulier, comme Élohim, autre nom de Dieu : polythéisme / monothéisme, mais n’entrons pas dans les détails…).
En hébreu, le nom de Dieu s’écrit sous la forme de 4 « consonnes » (pas de voyelles en hébreu), le tétragramme Yod-Heh-Waw-Heh, transcrit dans notre alphabet YHWH (« Yahvé ») et qui peut signifier « l’Éternel ». Mais dans la tradition juive, depuis la destruction du Temple (où seul le grand-prêtre était habilité à le vocaliser pendant le Shabbat), on ne doit plus le prononcer. Quand les Juifs prient ou lisent la Torah (bible hébraïque), ils vocalisent le tétragramme écrit en Adonaï (mais dans la conversation courante ils nomment le plus souvent Dieu Hachem = le Nom).

Moses

Moïse (Moshé en hébreu).
Selon le livre de l’Exode, il est le « fondateur » du judaïsme, parfois aussi appelé pour cette raison « mosaïsme ». Son nom signifie « sauvé des eaux » car il fut découvert flottant sur le Nil dans un panier d’osier par la fille du Pharaon, lequel avait ordonné l’extermination de tous les enfants juifs mâles. La suite du texte que nous chantons fait allusion à « l’appel » de Moïse par Dieu, sous la forme d’un « ange » (maleakh en hébreu, angelos en grec : messager) qui lui apparut dans un buisson en feu qui ne se consume pas, ainsi qu’à la « dictée » que Dieu lui fit par la suite de la Torah (la « Loi ») au sommet du Sinaï.

Isais

Isaïe (Yéshayahou en hébreu, qui veut dire « Lui, Dieu, sauve »).
Un des quatre grands prophètes du judaïsme, avec Jérémie, Ézéchiel et Daniel. Dans le livre d’Isaïe, se trouve prophétisée la venue d’un Messie (Mashia'h en hébreu, désignant un « oint » avec de l'huile), sous cette forme : « Un rameau sortira de la souche de Jessé [père de David, voir ci-dessous] / un rejeton jaillira de ses racines » (Isaïe 11.1), d’où les allusions de notre texte [voir aussi plus bas : Immanuel]
(nb : « scion » désigne, en anglais comme en français, un jeune rameau et par extension un jeune greffon).

David

« Bien-aimé » en hébreu.
Dans la Bible, il est le deuxième roi d’Israël, après Saül. Jeune berger de la tribu de Juda, appelé à combattre les Philistins aux côtés du roi Saül, il les met en déroute en abattant le géant Goliath à l’aide de sa fronde. Devenu roi à la mort de Saül, il conquiert Jérusalem dont il fait sa capitale et fonde un vaste royaume, le premier État d’Israël, sanctifié par Dieu qui promet alors à David que son trône sera affermi à jamais. Le sceptre et la clé sont les symboles de cette royauté et de cette puissance « de droit divin », comme il est dit dans le livre de l’Apocalypse : « Voici ce que dit le Saint, le Véritable, Celui qui a la clef de David ; Celui qui ouvre et personne ne fermera, et qui ferme et personne n’ouvrira » (Apocalypse, 3, 7). Pour le christianisme, Jésus de Nazareth est descendant de David, donc de son père Jessé (d’où la représentation fréquente dans l’art religieux de « l’arbre - généalogique - de Jessé »), et le Christ (« l’oint ») hérite de la promesse faite à David, au service d’un tout autre Royaume…

Immanuel

Immanuel en allemand, Emmanuel en français.
Prénom directement dérivé de l’hébreu Immanu el, qui signifie « Dieu avec nous ». C’est sous ce nom que le prophète Isaïe annonce, dans la Bible, le Messie, donc pour les chrétiens, le Christ : « C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d'Emmanuel » (Isaïe, 7, 14).